Nouvelles - Santé

EU announces record €550 million contribution to save 16 million lives from AIDS, tuberculosis and ...

samedi 24 août 2019

EU global support to health in developing countries. On top of the overall €1.3 billion contributions made to global initiatives such as the Global Fund, ...

Epidemiology Unit, Ministry of <b>Health</b>: Dengue Update, 23 August 2019

samedi 24 août 2019

Dengue update. For the year 2018, 51659 and in the month of March, 2019, 40649 suspected dengue cases were reported to the Epidemiology Unit ...

Source: mediCMS.be

Pour les médecins

Vous êtes un médecin spécialiste ou un cabinet de médecins spécialistes actifs au Luxembourg?

Contactez-nous!

Je veux m'inscrire sur le site

Articles médicaux

Ne pas traiter la ménopause: quel coût pour la société ? - Abstract

juil. 15 2010

L’indice d’évaluation est le QALY (quality-adjusted life years) qui permet de chiffrer le coût monétaire de l’ensemble des mesures de santé mises en place pour gagner une année sans pathologie par rapport à l’absence de prise en charge.

A moins de 100 000$ pour un gain d’une unité de QALY, les mesures valent la peine d’être prises. A moins de 10 000$, c’est très favorable.

La dernière comparaison publiée en 2009 montre que la substitution hormonale ne coûte que 2438$ par QALY gagné si la thérapeutique est initiée durant les dix premières années après l’installation de la ménopause, soit dix fois moins qu’après 65 ans ! Le gain après 15 ans de traitement (et qui se prolonge même à 30 ans de substitution) est de 1,49 en tenant compte des incidents cardiovasculaires (affections coronaires et AVC), du cancer du colon et du sein, des fractures par ostéoporose, des embolies pulmonaires et de la mort.

Au-delà de l’aspect financier de la prise en charge de la ménopause, il intéressant de se rappeler les chiffres de mortalité lié à l’utilisation ou non des hormones de compensation. Une méta-analyse récente qui inclut les deux bras randomisés de la WHI montre une diminution de 25 % de la mortalité chez les patientes qui profitent de la « fenêtre » thérapeutique des dix premières années.